Adieu Blogspot....

Bonjour wordpress,

Je me casse d'ici, pour suivre mes aventures cliquez ici !!!!

The Cove : La baie de la Honte


Bonjour,

Luc Besson est un con. Luc Besson fait des films américains pour français sans accent anglais, sans passion ni « bon goût ».
Je n’aime pas l’œuvre générale de Besson, hormis Le Grand Bleu (et oui… on a tous nos défauts) je trouve son cinéma insipide, sans aucun génie et sans intérêt.

Ce qui nous réunit ici, c’est ce documentaire : THE COVE.

La Baie de la Honte est un film « dénonciateur » produit en partie (si je ne me trompe pas) par Besson. On y retrouve des dauphins, des japonais avec des caméscopes, des américains avec des moyens technologiques derniers cris, des taxis, et de la mise en scène « révolte bien contrôlée » filmé par Louie Psihoyos, avec en personnage majeur Richard O’Barry, dresseur de Flipper le dauphin et investigateur de ce document.

Autant le dire tout de suite, Richard est traumatisé par son combat, même comme obsédé par ce qu’il pense avoir produit à cause de cette fameuse série TV Flipper le dauphin. Il se considère comme celui qui a proliféré la fascination de l’Homme pour les dauphins et donc la création des aquariums à baleine et compagnie. Le problème de cette obsession, c’est qu’il a probablement raison.

A la mort de « son » dauphin fétiche (j’ai oublié son nom), O’Barry prend la décision de sensibiliser un maximum le monde et de lui faire prendre conscience que ces animaux ont une intelligence qui leur est propre et que les élever, les faire vivre dans des prisons aquatiques afin de les dresser juste pour nous divertir est un non-sens éthique sans nom. Nous sommes dans les années 60 et son combat commence.

Aujourd’hui nous sommes en 2009 (enfin l’année du documentaire) et le but de Richard est simple : vivre jusqu’au jour où chaque dauphin sera libre et ne sera plus pêché pour sa viande.

OK, ce documentaire pourrait presque passer sur W9, puisque l’action est dominante : images chocs, larmes, discours épiques, ennemi ici, gentils là, preuves à l’appui, le tout musicalement encadré etc.

Mais s’il faut en arriver là pour montrer au monde entier que nous ne sommes pas sur le bon chemin en exploitant ces animaux, je vote tout de suite pour. Amenez-moi l’urne, je m’occupe du reste.

The COVE raconte comment O’Barry a recruté une équipé de plongeurs, de pro du trucages Hollywoodiens, des surfeurs engagés, des politiques et des fous d’adrénaline pour filme la chose, pour filme ce qui se passe chaque année quelque part au Japon.
Avec l’aide de l’Oceanic Preservation Society, il va réussir à organiser et filmer le massacre de milliers de dauphins dans l’un des plus beaux paysages au monde : La Baie de Taiji.

C’est une épreuve de force, une armée de savoir et des moyens considérables qui nous sont proposés afin de pouvoir regarder ce qui s’y passe.
Il y a une part de sensationnel dans ce doc « choc » et ça ne me dérange pas plus que ça.
Là où la réalisation est forte, c’est qu’on ne voit pas « réellement » (ou très brièvement) le massacre. Attention, je déconseille à un enfant de regarder ! Mais ce film est aussi pédagogique dans le sens où il ne fait pas que  dénoncer. On y réunit des preuves, des chiffres (23 000 dauphins seraient massacrés chaque année pour sa viande et/ou revendu à des parcs aquatiques). Lorsqu’on sait qu’un dauphin souffleur peut être vendu 150 000 dollars, on est en droit de comprendre pourquoi les pêcheurs de Taiji sont si véhéments avec les occidentaux activistes…

Ils (les Japonais) appellent ça « leur culture », leur tradition, mais The COVE dénonce et prouve ce non-sens aberrant. On y parle de pêche immorale, inutile et illégale, les responsables politiques et les habitants de Taiji défendent leur « steaks » et le petit européen que je suis essaye de comprendre que ce gagne pain est leur seul moyen de vivre. Les bureaucrates parlent de recherche scientifique, de besoin vital pour le peuple, allant même jusqu’à défendre la thèse que le dauphin est un nuisible pour les poissons (sic).

Je vous conseille donc vivement de vous trouver ce documentaire et je reste à votre disposition pour échanger et débattre après visionnage.

Je n’aime pas Luc Besson, j’aime encore moins les taxis, mais on a un point en commun lui et moi : l’amour d’une race sensible intelligente et proche de nous.

L’Homme exploite les dauphins pour se divertir alors qu’il serait plus judicieux de les étudier, les écouter afin d’en apprendre plus sur « Nous ».



Souviens-toi l'été dernier...


Bonjour,

Suite à ma brillante idée de tenter de choper une interview avec les allemands d’HEAVEN SHALL BURN en mars prochain, la conception de réaliser des entrevues toutes hormis « convenues » me sont apparues.

Durant toute la journée d’hier je me suis mis à réfléchir à quel type de rencontres je désirai faire.
Pour HEAVEN SHALL BURN, j’imagine une rencontre dans un bar soft, calme et intime.
Comme ce sera ma véritable « interview live », je vais demander à ma chère petite amie de venir jouer le rôle de la traductrice (mes proches connaissent parfaitement mon niveau d’anglais…). Les questions seront à mon image : FOLLE. Je vais probablement tenter l’expérience de leur faire écouter leur propre groupe et les observer et discuter de leur ressenti etc. la surprise sera également de leur offrir des cup cakes vegan « tuning » façon « cadeau » de bienvenue.
Bref, j’ai d’autres idées pour eux mais aussi pour le développement de ces rencontres.
J’explique :
Je vais contacter quelques groupes d’ici quelques jours, des groupes qui m’ont marqué par le passé, avec qui j’ai des affinités, des liens et des points de vue à partager sur la « scène » et sur ce que nous sommes devenus.


AGHAST, DAÏTRO, AMANDA WOODWARD peut-être même THEFLYINGWORKER ! et des groupes toujours « en vie »….

Je ferai le crevard, certes, car je vais essayer de réaliser ces rencontres « en live ». Sur Paname, ou à domicile. Me faire inviter à manger, leur demander une photo représentative et instantanée, et repartir avec « un cadeau ».

Je suis enthousiaste, et comme disait mon colloc’ rennais « ça va barder ».

Pour le moment, Aurélien de Daïtro a confirmé, j’ai contacté les mecs d’Amanda et je pense même développer ce cycle avec des personnes qui ont joué un rôle important dans la scène hardcore française ou tout simplement dans ma vie.

Take care, take care, take care.





Souviens-toi l'été dernier......


Bonjour,
Suite à ma brillante idée de tenter de choper une interview avec les allemands d’HEAVEN SHALL BURN en mars prochain, la conception de réaliser des entrevues toutes hormis « convenues » me sont apparues.

Durant toute la journée d’hier je me suis mis à réfléchir à quel type de rencontres je désirai faire.
Pour HEAVEN SHALL BURN, j’imagine une rencontre dans un bar soft, calme et intime.
Comme ce sera ma véritable « interview live », je vais demander à ma chère petite amie de venir jouer le rôle de la traductrice (mes proches connaissent parfaitement mon niveau d’anglais…). Les questions seront à mon image : FOLLE. Je vais probablement tenter l’expérience de leur faire écouter leur propre groupe et les observer et discuter de leur ressenti etc. la surprise sera également de leur offrir des cup cakes vegan « tuning » façon « cadeau » de bienvenue.
Bref, j’ai d’autres idées pour eux mais aussi pour le développement de ces rencontres.
J’explique :
Je vais contacter quelques groupes d’ici quelques jours, des groupes qui m’ont marqué par le passé, avec qui j’ai des affinités, des liens et des points de vue à partager sur la « scène » et sur ce que nous sommes devenus.

AGHAST, DAÏTRO, AMANDA WOODWARD peut-être même THEFLYINGWORKER ! et des groupes toujours « en vie »….

Je ferai le crevard, certes, car je vais essayer de réaliser ces rencontres « en live ». Sur Paname, ou à domicile. Me faire inviter à manger, leur demander une photo représentative et instantanée, et repartir avec « un cadeau ».

Je suis enthousiaste, et comme disait mon colloc’ rennais « ça va barder ».

Pour le moment, Aurélien de Daïtro a confirmé, j’ai contacté les mecs d’Amanda et je pense même développer ce cycle avec des personnes qui ont joué un rôle important dans la scène hardcore française ou tout simplement dans ma vie.


Take care, take care, take care.





Report : Prada vs Fluo kids

Bonjour,

Hier soir avait lieu le 8eme de finale aller de la Ligue des Champions, compet football de riches, pour les riches, les fils à papa et les golden boys tout juste sortis de la réunion "team manager"....

Bon ok, les prolos et les causals de salon ont aussi le droit de susciter un intérêt pour ce championnat d'étoilés millionnaires où même le plus surdoué de la finance footballistique français a du mal à se trouver une place au deuxième rang du théâtre que je vous décris.

Revenons à nos moutons....
Ou plutôt à nos moutons jaunes flashyes façon "pins des 90's" : Arsenal.
Club historique du nord de Londres, éternel légende du "Big four", longtemps adulé malgré sa période ennuyeuse du "Boring Arsenal", puis tel un Phoenix ayant abandonné les cendres pour mieux reprendre son envol et apprendre à voler au-dessus de ses ennemis (Man. U, Liverpool ou les Spurs), les Gunners ont cuisiné le pudding indigeste avec une sauce à la française en appelant Arsene Wenger et son indiscutable intelligence tactique.

Il est vrai qu'à l'époque, nommer un frenchie à la tête d'une équipe aux traditions si conservatrices revenait presque à confier un fast food au gagnant de Master chef. Mais le génie "à le française" a pris le dessus, remplaçant les joueurs alcooliques et archaïques par des flambeurs héroïques (Thierry Henry, Bergkamp, Van persie etc.).

La période "âge d'or" du club arriva et les trophées et records (saison entière sans une défaite, meilleur joueur, buteur, plus beau jeu d'Europe etc.) annonçait un règne sans partage pour les Gunners.

Sauf que....
Wenger décida de la jouer "formation tradition" et le club s'est vu vite fait bien fait rattraper et largement dépasser par United, Chelsea ou plus récemment par Man City.

Et oui, terminé la promenade les chéris !
Arsene et cie ne captent toujours pas que le foot business ne laisse plus de place à la joie de voir son poulain devenir un "homme", ni sa future star remplir un stade un soir de finale....
Arsene nie. Arsene persiste et aligne ses "babies Gunners" depuis trop longtemps et ce n'est pas la statut de Thierry Henry ni son retour fantastique qui pourra empêcher cette leçon reçue hier soir à San Siro....

En face : LE Milan. On le disait vieux, "vide d'essence", désarmée et dépassée....
Dans ta face Robin !
Dans tes filets bébé !
La classe à l'italienne, tactique, roublardise, caractère et jeu de corsaire ....
Zlatan, Boateng, Robinho et la Lombardie rouge et noire a bu la pinte cul sec....

4-0....... Score finale. Une petite pensée à Nick Hornby et son fameux carton jaune.
Hier soir c'était les Fluo kids du collège en visite culturelle en Italie. Et en face les guides étaient tous vêtus de costumes Prada.

PS : il y a un match retour... Petit conseil perso : mettez du whisky dans le thé au lait.

Pause café et cheese cakes

Bonjour,
C'est avec une certaine joie que je vous annonce une probable entrevue avec Maik, guitariste et songwritter d'HEAVEN SHALL BURN.

Le rendez-vous est programmé, il n'y a plus qu'à fixer le lieu du rancard...

Au programme de cette démarche :
Parler de l'évolution de la "scène Hardcore" depuis les 90's, sa vision à propos des différences culturelles entre l'Allemagne et la France (traditions, gastronomie, avancées écologiques etc.), parler football, et de choses improbables.... Le
Tout autour de cheese cakes et de café.... Ça fleur bon l'happy hour non ?
Pour info, le concert aura lieu à Paris @ Petit Bain......

Take care,
Je vous tiens au courant.

Le repos durant l'ennui : la lutte est lancée !!!

Bonjour,

Lorsque l'homme est en milieu fermé (bien que sécurisé...), il a le devoir de s'occuper, de parler, de penser & réfléchir.
Peu enclin à écrire ou lire, son arme doit être la Parole. A qui parler ? A quoi penser ? Peu importe....

Je me lance ici et là, je capte une scène, un sentiment, une pochette ou même un plateau repas qui sans entrer dans un état artistique, vous propose ma vision instantanée.

C'est ma manière de penser à vous.
Take care *3...

Avoir du coeur, ça ne s'apprend pas...

Bonjour,
Je matais ce concert de HAVE HEART cet après-midi, et je me faisais cette réflexion "brut" "bordel, comment ai-je pu louper un groupe aussi "sincère""?

Ouais, j'ai abandonné les groupes HxC durant des années au profit d'autre groupes emo DIY, indie rock, electro etc. Du coup j'ai manqué l'occasion de découvrir "de son vivant" HAVE HEART...
Et ce groupe est un réel symbole en matière d'énergie et de "coffre" que seul le HxC propose selon moi.

D'accord ou pas avec leur approche musicale, aimer ou pas leur musique agressive, on ne peut pas nier l'énergie, leur sincérité et la "beauté" des paroles. Ouais... Des paroles super "introspectives", réfléchies, intelligentes et gracieuses même... Si si, lisez ! Tapez Lyrics + Have Heart sur Google...

J'ai donc loupé ce groupe, et je m'en veux terriblement. On aime la mode, la pêche ou la collection de Comics, DVD ou figurines d'éléphants, moi mon truc c'est la sincérité tout comme vous.
Et j'aime collectionner la connaissance de mecs qui mouillent le maillot, qui ont des choses à dire, avec du cœur (facile)....

Et pour les ignorants viseurs de critiques et pro "mate moi ces kids qui se jettent n'importe comment" : Regardez juste, écoutez juste les speechs et matez-moi ces tronches de gens (girls & boys) heureux... Oubliez la voix qui braille, la saturation et tout le reste. Regardez-les s'exprimer, sans  "à priori".

Avoir du coeur, ça ne s'apprend définitivement pas....






Last Show...

Take care... Take care... Take care...

Déclaration d'amour...

Bonjour,

Des histoires naissent les légendes, des fausses vérités les rumeurs & de la norme culturelle la fausse certitude.

Je ne suis pas là pour convaincre, prouver, juger ou justifier ce qui va suivre dans cet article, ni vous prouver que ma démarche est la plus louable des entreprises, pas du tout même, je veux simplement expliquer, avec mes mots et mon état d’esprit mes convictions qui m’ont amené à devenir un jour végétarien puis très récemment vegan/végétalien (définition du terme vegan : mode de vie fondé sur le refus de l'exploitation et de la cruauté envers les animaux. Au-delà de l'adoption d'un régime alimentaire végétalien, le véganisme condamne la consommation ou l'achat de tout produit issu d'animaux ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d'abeille, cosmétiques, loisirs, etc.)).

Je veux simplement poser des mots sur mes convictions, et ainsi expliquer mon point de vue strictement personnel aux gens qui me lisent sur mon blog et à mes proches (parents, amis, connaissances)...

Je sais que dans les jours, mois & années à venir je devrais assurément « subir » les interrogations, les moqueries voire des grimaces de gens qui ne comprennent pas le fait qu’un Homme (dans les deux sens du terme, espèce et personne) puisse devenir végétarien et « pire encore » vegan, et qui ne comprendront malheureusement peut-être jamais.

Alors, j’essaye de poser ces quelques phrases dans le simple but de vous éclairer sur ce sujet et sans entrer dans la promiscuité et ce tout que cela peut englober.
Sans idée romantique, prenez presque ce qui suit comme une déclaration d’amour.

Merci…

J’ai toujours éprouvé cette incroyable attirance pour les « faibles », les derniers de la classe, les opprimés de la rue, les braves et les causes perdues.
Petit, j’aimais le pistolet du cowboy mais je préférais déjà les Indiens et leurs tribus.  Leurs valeurs, leur défense éperdue de leur Terre et l’aspect tribal, solidaire et protecteur. Plus grand, j’ai vite préféré les équipes sportives dites de « loosers ». J’aime et j’aimerai toujours le côté héroïque du « combat » perdu d’avance… Il y a bien plus de charme dans l’espoir de ne pas perdre que de vouloir à tout prix gagner jusqu’à ne plus connaître le goût amer de la défaite.
Suis-je clair ? Je ne sais pas trop, mais cela pose la base de ma réflexion.

Puis j’ai grandi, j’ai découvert le monde cruel de l’adolescence, j’ai « évolué » en écoutant des groupes de musique « punk » où les idées, quoi qu’on en pense, sont très intéressantes dans le domaine des convictions, des « valeurs » si vous voulez, du développement et de l’esprit. Je parle de valeur à la même échelle qu’un groupe de passionnés d’écologisme qui évoluent ensemble ou des amoureux de la randonnée. (Petit exemple : lorsque l’on aime se retrouver en pleine campagne avec ses amis, on a généralement un attrait pour la nature, la faune & la flore). Et bien dans ces groupes de rock « engagés », il y avait (et il y a toujours) des valeurs, bonnes ou mauvaises à vous de vous forger votre propre opinion, où j’ai rencontré, croisé des groupes qui militaient pour la Cause Animale. Je sais, cela paraît étrange pour les gens totalement étrangers à ce genre  de musique, et il est difficile de croire que des jeunes tatoués, percés et « rebelles » peuvent s’intéresser au bien-être des animaux ou à l’écologie, la politique, la pensée intellectuelle, mais je vous conseille de fouiner sur Internet si vous le désirez et vous verrez que je n’ai pas tout à fait tort (Tapez Youth Of Today, Sick Of It All, Heaven Shall Burn, Have Heart etc).

Bon bref, poursuivons…
J’ai donc connu quelques groupes militants pour la Libération Animale (terme un peu guerrier mais n’ayez pas peur, c’est à interpréter de manière « philosophique ») et je suis devenu végétarien puis plus ou moins engagé en faisant de petites actions en ce sens (distribuer des tracts, manifester devant les cirques avec animaux, signaler les conditions d’élevage etc.). Avec du recul, lorsque je suis devenu végétarien en 1998, je n’ai pas rendu service à cette cause, car j’étais « jeune », rempli de rage et mauvais communicant. J’ai même refusé des fêtes où l’on allait sacrifier un cochon et testé une « probable » petite amie en la défiant mesquinement de manger un kebab devant moi… Pour l’histoire, elle a mangé son sandwich devant moi, et je me suis juré de ne jamais la recontacter. Quel idiot !

Par la suite, j’ai plus ou moins arrêté de militer (un bien grand mot) et j’ai même ré adopté le régime omnivore durant un an.
Et puis ma « sensibilité » et une certaine maturité m’ont rattrapé et je me suis rendu compte que le régime végétarien m’apportait un certain équilibre de pensée. Je ne pouvais plus accepter de manger de la chair et cautionner ce que l’Homme pouvait infliger à un animal sous couvert d’un besoin naturel, culturel et vital. Mais sans entrer dans l’obsession, je me devais d'assumer toutes ces idées qui réunies, ont fait ce que je vous avoue à ce jour.

J’explique : je pars du principe, que si nous sommes ici en tant qu’espèce à part entière, c’est avant toute chose, car Dame Nature cherchait un équilibre entre les formes de vie sur terre. L’Homme s’est selon moi trompé le jour où, avec ses envies de grandeur et de confort, a décidé de produire de manière industrielle de la viande et ses dérivés (peaux, cuir, fourrure, œufs et toutes les « choses » provenant d’un animal). Je rappelle tout de même que les êtres humains ont recopié le modèle de fabrication de la Ford T afin de l’adopter dans les mêmes principes et dans un but simple et efficace de produire vite, de manière rentable et à terme de créer du bénéfice. Adéquation mathématique basique pour une personne totalement nulle en mathématiques et en logique…

J’ai beaucoup réfléchi, de longues heures, des soirées entières, sous la douche, dans le métro, dans de soirées ou devant ma télévision à la question suivante : Dois-je devenir végétalien afin de respecter mes convictions, mes croyances et mon empathie pour les êtres vivants ? Dois-je m’exclure culturellement (sortie resto, achat de mes produits cosmétiques, repas de famille, courses alimentaires ici et là) même si cela ne va pas dans la bonne direction vis à vis d'autrui ? L’exclusion est pourtant une source d’ennuis...  Dois-je expliquer à mon entourage, collègues, futures collègues, connaissances passagères de mon régime alimentaire, politique (car c’est un choix évident politique si on y réfléchit) et philosophique ?

J’ai longtemps cru que je devais m’adapter aux situations, aux gens etc. Mais "j’ai vu" trop d’abominations, de documents accablants, d’images et de sons horribles sur le traitement que l’on inflige aux animaux.

J’aime la vie... C’est probablement idiot de dire ça mais j’aime savoir une vache libre dans « sa » prairie, un chien libre plutôt qu’enfermé dans une cage d’un laboratoire pharmaceutique tout comme une poule pondeuse ou « dite » à viande en attendant d’être découpée pour nos beaux restaurants KFC ou autres « ennemis ».

J’ai donc décidé de franchir le pas. Un pas immense pour moi, pour vous (mon entourage) mais aussi pour les animaux (Statistique idiote mais facétieuse : une personne végétalienne sauverait indirectement 9O animaux par an).
Aujourd’hui, j’ai pris la décision de ne pas imposer mon régime aux gens, mais de le faire accepter avec ou sans compréhension, avec ou sans justification et avec une note de "respect" simple pour vous et moi.
Je suis fier de mes convictions, je ne veux pas m’exclure ni vous faire croire qu’un vegan ne peut apprécier un bon repas, car nous mangeons juste autrement, mais aussi délicieusement qu’un omnivore  apprécie son foie gras, moi je dégusterai mon pâté de champignons ou une galette de quinoa à la sauce épicée accompagnée de petits légumes grillés…

Je lisais pas plus tard qu’avant hier, une citation dont j’ai oublié son auteur : « Un vegan peut se réclamer de la tribu de « ceux » qui savent… ». Et bien je sais qu’on peut vivre différemment, en osmose avec ses pensées et croyances.
Je ne veux pas faire partie des gens qui ignorent ce qu’on peut infliger à un animal juste par goût, par confort ou par désir.

J’espère ne pas avoir « choqué » quiconque et ne pas avoir étalé ma vie privé. Ce serait un comble.

J’avais envie d’écrire ces quelques lignes pour expliquer ma « pensée », mais aussi pour m’encourager à réaliser un vœu assumé qui me trottait dans la tête depuis des années et peut-être faire avancer un débat que nous partagerons un jour prochain.

Go Vegan, Go Life !
Take care...


Et si on prenait le temps de savoir....

Bonjour,

EARTHLINGS - TERRIENS est un documentaire résolument violent. Je n'ai pas la prétention de vous l'imposer, mais ce film est une "demande", une "requête" ou un "appel" sincère.

Écologique, philosophique ou encore politique, cette "chose" est un récapitulatif abominable de ce que "l'Homme a fait" sur terre et ce qu'il a imposé non seulement aux animaux mais à lui-même.

Politique, car derrière tout ce qu'on peut savoir et croire, on en arrive à comprendre les quelques mécanismes de l'industrie alimentaire.

Alors je serais "heureux" de vous croiser un jour et de vous entendre dire : "j'ai regardé Earthlings et j'ai compris"....

Je vous laisse en-dessous le speech sur ce voyage cauchemardesque au sein de la Bête...

ATTENTION : ce documentaire est a déconseiller aux enfants de moins de 16 ans. Âmes sensibles s'abstenir. Ce film documentaire américain traite de la place de l'homme dans la nature et son action négative sur le monde animal. Aussi puissant que 'Une vérité qui dérange' de Al Gore. Il faut le voir absolument ! Il a eu un enorme succes aux USA et remporté de nombreux prix et nominé aux Oscars. Le narateur est le célèbre acteur Joaquin Phoenix (Gladiator) et la musique est de Moby. Il y est question notamment de l'industrie et sa responsabilite dans la cruauté envers les animaux (attention : certains passages sont tres durs), comme par exemple la facon abominable dont les japonais executent les dauphins pour vendre ensuite leur chair, en la faisant passer pour de la baleine, contournant ainsi la loi. Plus d'infos sur le film : http://www.isawearthlings.com/trailer.html Synopsis : en utilisant des cameras cachees et des images jamais montrees, EARTLINGS est une chronique des pratiques des plus grandes industries actuelles, dont les profits dépendent pour toutes - d'une maniere ou une autre - de l'exploitation animale. Note : C'est un des meilleurs documentaires que j'ai vu dernièrement, de par la qualité photographique, la musique (de MOBY) et la profondeur du theme abordé. 

Site du film http://www.isawearthlings.com/about.html Fiche Cinema : http://www.imdb.com/title/tt0454839/



Vegeta !!!!!!!!

Bonjour,
Je tenais à me féliciter aujourd'hui, chose rare...
En effet, une idée m'est apparue récemment sur le bien fondé ou pas de Facebook. Bien ou mal ? etc. J'ai toujours pas trouvé la réponse, et je m'en balance comme une fillette de 5 ans qui attend sa mère à la fin de l'école...
L'idée en question ?
Réunir. Regrouper des gens via un réseau social. Réunir des gens aux affinités proches sur un sujet qui nous touche toutes et tous, mais de manière plus ou moins flagrante...

J'ai donc créé VEGETA !!!! Groupe sur Facebook qui n'a pas d'autre ambition que de discuter, trouver, échanger et diffuser des documents, réflexions, poésie ou vidéo Youtube sur la défense des animaux.

Je désirais juste réunir les gens que j'aimais et à leur tour, en faire de même afin de discuter à notre convenance de ce sujet qui me passionne, qui peut nous rassembler.


VEGETA !!!! sera probablement éphémère, mais ce soir, je suis juste content de voir qu'on a plein de choses positives à se dire, à échanger sans se prendre pour Napoléon ou Superman....

Notre envie restera sur internet, mais de mon côté, je vous proposerai des réflexions sur ce qui me semble urgent : la protection et la diffusion de textes sur la sensibilité qu'un homme peut éprouver pour "les autres"....

Je précise que le Nom VENGEANCE n'a rien de politique, d'appel dissimulé à des actes ou des actions extrêmes. Celles et ceux qui me connaissent remarqueront là un hommage pour mon mauvais goût en matière d'appellation... 

Terminons par une citation que mon amie m'a gentiment donné :
"Ils nous font l'honneur de nous traiter comme des dieux et en retour on les traite comme des objets."(J.M. Coetzee, "Disgrâce")


Oh my !

Bonjour,

il y a dans ce monde des choses agréables, touchantes et réconfortantes... Pas que je n'y croyais pas ou plus, pas du tout même, mais par moment, dans une vie, l'Homme a besoin de signes, de paroles ou de gestes qui peuvent le réconforter.

Je dis ça car aujourd'hui j'ai reçu un cadeau d'une rare gentillesse. Ce paquet cartonné m'attendait tranquillement dans mon courrier du jour et sur le moment je ne savais pas d'où cette "chose" pouvait provenir.

Une erreur ? Impossible....... Mon nom figurait bien sur l'emballage.
Un présent anonyme ? Peut-être....... mais lorsque j'ai ouvert l'emballage j'ai lu une adresse appartenant à un nom que je connais très bien...

Je ne citerai pas son nom ici juste ses initiales, mais j'espère qu'il me lira et que mon MERCI résonnera plus loin que mon simple studio grisonnant....

Ce cadeau est un livre. Un livre simple mais qui a plus une valeur symbolique qu'autre chose à mon goût. Je n'y vois pas non plus de signe mystique ou autre truc stupide... Je suis trop agnostique pour ce genre de pratique.

Mais lorsqu'on ne voit pas souvent les gens que nous apprécions et que lors d'une soirée brève mais riche en débats, discussions sur "nos vies", notre place ici, nos envies et ressentis, notre relation avec le monde, on se surprend à apprécier les moments de la vie, de la simplicité que l'amitié peut par moment proposer, et on a envie de recommencer ça plus souvent. Mais la magie s'estomperait trop vite.... Je sais.

Alors Merci C.F pour cette soirée et cette attention qui me touche bien plus que tu ne peux l'imaginer.

Take Care Take Care Take Care.


Faut se la jouer modeste.



Bonjour,

mon ami Frère Benoit m'a donné l'adresse de ce blog : http://whipitafterme.blogspot.com/

Sympa, frais, sans ambition mais avec passion, j'adore.

Recettes végétariennes ou vegan, le rêve à portée de mains, ou de fourchettes.

Bonne lecture, bon appétit !

This is Sea Shepherd

Bonjour,
ce blog devient de plus en plus une tribune pour la libération animale.
Tant mieux...
D'ailleurs pour les facebookiens j'ai créé une page pour référencer tout ce qui concerne l'activisme pour les animaux : cliquez ici

Ci-dessous un clip de la Sea Shepherd très classe.
Up la Vengeance !

Alinéa 3

Bonjour,
tenez, je vous présente le teaser du film ALINEA 3, avec un texte très explicite sur la démarche anti corrida.

Attention images difficiles.... mais j'ai pour devise "fermez les yeux signifie abandonner".




Alinéa 3
Un film de Jérôme Lescure


C'est une version commercialisable avec des musiques libre de droit (Tribunal Animal).
L'Alinéa 3 de l'article 521-1 du code pénal tolère actuellement en France la torture tauromachique. C'est pourquoi Jérôme Lescure a ainsi intitulé son film, réalisé à partir d'images tournées durant l'été 2004 dans le sud de la France....
Cinq villes, cinq corridas, 31 morts.... 31 taureaux suppliciés à l'arme blanche pour le plaisir de spectateurs pervers...
D'Arles à Nîmes, en passant par Châteaurenard, Rieumes et Saint-Gilles, ce sont toujours les mêmes horreurs, les mêmes atrocités, la même souffrance...
Les tortionnaires ne pourront pas nous dire que c'était une corrida "ratée"... 31 mises à mort... Ca commence à faire beaucoup...
Ce film est à diffuser autour de vous au plus grand nombre.... Pour que plus jamais personne ne puisse dire "On ne savait pas".
(Delphine Simon) Si vous souhaitez contacter le réalisateur du film, vous pouvez lui écrire à l'adresse suivante : jerome-lescure@wanadoo.fr
DVD à menu interactif : Versions française et anglaise + le teaser du film
il contient un livret en français (et aussi en anglais) explicatif sur la torture tauromachique, avec à la fin une lettre type à envoyer aux députés.
A commander à la Boutique :10 € port inclus
FLAC / BP 16 / 34301 AGDE Cedex
Prochainement sur Radio Web Anticorrida : une intervieuw exclusive de l'auteur.

source : http://www.flac-anticorrida.org/ 

Du sang sur la glace.

Bonjour,
Je viens de visionner ce documentaire sur la chasse aux phoques au Canada. Je vous laisse en compagnie de cette vidéo accablante pour les autorités canadiennes... Et pour l'homme.


W a r !


Bonjour,
Je vous poste le clip qui "célèbre" les 35 ans d'actions de la Sea Shepherd Conversation Society.
Images héroïques, sanglantes et inavouables d'un combat.
Rejoignez le combat. Mails, diffusions, militantisme de base ou acharné, donation etc. Ils prennent tout !



La nostalgie.

Bonjour,
Pour les fans de foot et bien plus encore, je vous conseille de visiter ce site sur Feu Grimonprez-Jooris, vieille cathédrale à l'abandon du club de Lille.
On y retrouve un stade livré aux marques du temps, rides et déchirures, un stade livré à lui-même au milieu de la ville et bientôt détruit.
Pour rappel, le Lille O.S.C y a passé plus de 30 ans sans jamais remporter un seul titre.

Le temple de la loose :
Merci à Frédéric Ségu.

Il ne faut pas en parler, ça choquerait...

Bonjour,
Je n'aime plus trop discuter de ma compassion envers les animaux, et bien que j'apporte soutien moral, financier et philosophique à toutes fondations qui s'investissent pour un avenir meilleur des êtres vivants, je me réserve tout de même le luxe de diffuser via ce blog des preuves, des documents, ou des invitations allant dans cette direction.

Je suis tombé sur cette vidéo filmée au Japon en Novembre dernier (2011) par une militante de la Sea Shepherd C.S.
Étant impliqué chez eux, je prendrai soin à l'avenir de diffuser le plus possible ces preuves moyenâgeuses et punissables dans un Tribunal qui n'existe malheureusement pas encore.



Précision : rien de sanglant ou de sensationnel, juste la réalité des conditions de vie des dauphins au Japon.


J U S T I C E

Le Touqet, un matin avant l'invasion des anglaises.

Bonjour,

Nouvelle sortie de la bande à fago.sapia et plus précisément de la part de l'ami Ghislain.
ça doit tourner sur Facebook et sur les réseaux adéquates, mais au cas où, on fait tourner :
Mer Monte est donc à écouter ici.
Après une brève écoute, j'ai déjà repéré quelques petites influences de bon goût et rien que pour la beauté de la couverture, ça mérite une petite attention.

Bonne écoute.

Suggestion du jour

Bonjour,
encore un C/C mais la mission reste simple à comprendre : relayer un maximum d'infos sur le militantisme de le "Condition Animale". Alors lorsque je suis tombé sur cette page Facebook, j'ai pu apprendre certains trucs pas idiots. Nous ne sommes pas seuls.... Pour info CIWF c'est :

"CIWF vient d’établir ses nouveaux bureaux à Paris et agrandit son équipe française.
En consolidant son action en France, CIWF continuera d’informer le grand public sur les différents modes d’élevages et d’encourager les pratiques respectueuses du bien-être animal. Cet établissement en France lui permettra également de renforcer son travail d’engagement auprès des acteurs de l’agroalimentaire et de répondre à l’intérêt croissant des consommateurs pour les produits issus d’une agriculture responsable.
CIWF a son siège social au Royaume-Uni et est largement implanté en Europe, notamment par le biais du Réseau Européen pour la Protection des Animaux d’Élevage (ENFAP – European Network for Farm Animal Protection).
Notre nouvelle adresse en France : CIWF France, 50 rue de Paradis, 75010 Paris.
N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre implantation en France et à l’international".

Pour en savoir plus : cliquez ICI.

Petite douceur dominicale

Bonjour,

On sent que l'ami Trevor Powers est un adepte plutôt casanier dans l'approche de sa petite entreprise musicale. Après faut apprécier la démarche, c'est certain. Je viens de découvrir cette merveille grâce aux suggestions quasi parfaites de George A. Merci Mr George encore une fois pour votre ciblage psychologique. 

Si c'est le résultat d'une déception sentimentale, je te souhaite toutes les désillusions du monde pour 2012 ! (rires inside).....

Pour en savoir plus, allez sur le site des intellos de l'Indie rock. Pour le coup, Lyonel Sasso a parfaitement appréhendé le personnage. Big up !



Merveille Mireille

Bonjour,
Décembre est une bien belle arnaque. Pas de surprise à l'horizon, une méprise de plus pour cette année... Car sans neige au réveil, ce mois mérite selon moi  un bien joli petit zéro pour une présence sans intérêt.

Aucun rapport, mais je vous implore d'augmenter le son afin de couvrir la pluie qui claque au velux d'attendre la tombée de la nuit. Armez vous de drogue, de café, d'eau gazeuse ou d'un alcool de caractère ou d'une simple tisane (j'ai choisi le camp de l'infusion) et plongez-vous dans ce monde merveilleusement mis en boîte par "DAUGHTER". 

J'incarnerais aisément le rôle du pauvre type fraichement largué, si l'on me le demandait. Je jouerais ce personnage pour pas un rond, juste pour espérer une rencontre hasardeuse (mais soigneusement prévue dans le scénario) avec la bande son de "The wild youth" tôt le matin dans un bar parisien avec l'odeur du café et un croissant pour faire bien...




Bon weekend les jeunes.

Vus (et revus) : Les Lyonnais

"De sa jeunesse passée dans la misère d’un camp de gitans, Edmond Vidal, dit Momon, a retenu le sens de la famille, une loyauté sans faille, et la fierté de ses origines. Il a surtout conservé l’amitié de Serge Suttel. L’ami d’enfance avec qui il a découvert la prison à cause d’un stupide vol de cerises. Avec lui, inexorablement il a plongé dans le Grand Banditisme, et connu l’apogée du GANG DES LYONNAIS, l’équipe qu’ils ont formée ensemble et qui a fait d’eux les plus célèbres braqueurs du début des années soixante dix. Leur irrésistible ascension prend fin en 1974, lors d’une arrestation spectaculaire.
Aujourd’hui à l’approche de la soixantaine, Momon tente d’oublier cette période de sa vie. Sa rédemption, il l’a trouvée en se retirant des "affaires". En prenant soin de Janou, son épouse, qui a tant souffert à l’époque et de ses enfants et petits enfants, tous respectueux, devant cet homme aux valeurs simples et universelles, lucide et pétri d’humanité. A l’inverse de Serge Suttel, qui malgré le temps n’a rien renié de son itinéraire...".

"Librement inspiré des mémoires d'Edmond Vidal", prévient Olivier Marchal au début du film. Autant le dire tout de suite, Le Gang des Lyonnais, ça me parle autant qu'un film d'un obscur réalisateur Moldave. Je ne connaissais pas leur histoire. Bref, ceci étant dit, passons à la suite.

Je suis client des réalisations d'Olivier Marchal. Il y règne toujours une espèce de désenchantement, un romantisme barbare que l'on ne voit plus ailleurs, pas même chez les Frédéric Schoendorffer et autres Jacques Audiard. Y a quelque chose de profondément triste chez Olivier Marchal, une forme de nostalgie de l'Ancien Temps, lui le flic de l'Ancien Temps, celui des voyous, des canailles, à la langue plus acérée que n'importe quel rappeur. Ce Temps où la parole donnée valait tout l'or du monde, où les questions de fierté, d'honneur, d'amitié, se dissertaient autour d'un verre de rouge avant de se régler autour d'une poignée de plombs. L'héroïsme exacerbé, limite cinématographique. Et c'est encore le cas dans Les Lyonnais, où pour le coup on est en plein dedans. D'aucuns pensent qu'Olivier Marchal a voulu réaliser son "Il était une fois en Amérique", qu'il s'est inspiré du Grand Pardon (la scène d'ouverture fait inévitablement penser à ce navet, le surjeu monumental et la sale tronche de Roger Hanin en moins), moi je dirai qu'il nous livre son film "Heroic Bloodshed" sans les mares de sang et les munitiions à l'infini, son Syndicat du Crime, sa Balle Dans La Tête. Olivier Marchal , enfant de John Woo, Ringo Lam, ou Johnnie To ? À méditer.

Je suis client de Marchal principalement pour ces raisons. L'amitié, l'honneur vers les voyous, ça m'a toujours parlé. Et là encore ça fonctionne. Il suffit de voir les relations entre les vieux Lyonnais, ces gueules burinées, lasses par le poids des années, devant sauver un des leurs, pour que tout l'arsenal des clichetons de "la Famille" y passent. Et vas-y que je te rajoute des violons, patati patata !!! Ouais, je sais, c'est super cliché, mais ça marche. Lanvin est énorme dans ce rôle de leader fatigué, rangé des bagnoles, qui voit son passé lui sauter à la gueule et entrainer avec lui un torrent de merde. La bande des Lyonnais, Gérard Lanvin, Tcheky Karyo, Daniel Duval et Lionnel Astier, que de la gueule burinée. Classe.

Je passe sur les passages "d'époque", c'est plutôt intéressant de savoir comment ils vivaient ça, leurs braquages, mais on a trop peu d'infos quant aux répercussions de leurs actes sur le pays. Et c'est dommage de s'appeler "Les Lyonnais", alors que le film pourrait très bien se passer ailleurs. Y a très peu de plans où on reconnait vraiment Lyon, y en a peut-être aucun. Si, j'ai cru qu'ils avaient filmé rue Bouteille, dédicace à Quiet Resistant, mais non en fait, c'est une rue qui lui ressemble étrangement. Bref, à part ça, c'est très bien, désenchanté, romantique, violent, héroïque, beau.

JAY FTBX

Avant / après.


Un chocolat chaud après la promenade !



Bonjour,

L'automne est arrivé à peu près en même temps que sa bande originale.

Je vous présente ICARUS HIMSLEF, merveilleux trio de Madison (U.S.A) qui accompagnera nos balades dominicales dans les chemins boisés des Hauts de Seine.

Une voix magistrale et captivante, un rock épuré jusqu'à l'os et enivrant comme un bourbon un soir de canicule. Pour les fans de I LIKE TRAINS et je sais pas trop qui...

Je vous propose d'écouter en intégralité leur nouveau LP  "Career Culture" pour vous faire une idée. Cet album donne une suite légitime au précédent EP "Mexico" qui tourne en boucle dans la forêt de Meudon.


7h37 + café + douceur.

Bonjour,
c'est d'une humeur relativement légère que je vous propose de (re)découvrir SOLEY, jeune et douce Islandaise qui arbore une mine adéquate à son "univers" musical. 

Je vous laisse le soin de déguster. 


Bonne journée.


 Le reste est à suivre sur Morrmusic.


Encore les cartes...

Bonjour,

Je connaissais Rémi Gaillard depuis des lustres mais j'ignorais sa passion pour le Holdem No Limit. 
Sans être fan du type, j'avais tout de même fort apprécié son escapade dans une boutique de Farces et Attrapes et avec cette petite vidéo le mettant en scène dans un tournoi de Poker, où l'humour n'a que très occasionnellement sa place, il  a su déboîter l'image du genre et faire pleurer de rage les uns et de bonheur d'autres adeptes de la "free connerie".

A vous de juger.



Vegan Black Metal Chef

Bonjour,

Et merci une nouvelle fois à J***X pour son partage de "bon goût".

Vous êtes vegan ? Vous aimez le Black Metal sans accorder une seconde aux textes pathétiques des groupes du genre ?
 Le temps est révolu. Voici la nouvelle série qui n'aura certes aucune chance de surpasser Lost ou Friends, mais elle a le mérite de rendre heureux les milliers de geeks qui rêvaient depuis la chute du Christ de voir un groupe aussi.... Particulier.


Bon bref.

Bonjour,

1- "Bref" est le nouveau spot branchouille du Grand Journal de Canal +. OK. Rien à dire à ce propos. 
2- Winamax est la référence du Poker en ligne, c'est également entré dans les mœurs, mais c'est un slogan publicitaire. Rien de plus...

Par contre, l'objet de mon bulletin du jour c'est la parodie de la série "Bref" créée par des membres du Team Pro Winamax avec notamment Ludovic LACAY, toulousain de naissance et (cela n'engage que moi) excellent joueur professionnel "qui me parle". Un jeune agressif (je parle de son style de jeu) et très ludique à regarder.
Ensemble, ils ont tourné un petit clip parodiant l'original et ont nommé cette petite chose "Bon".

Bon, Bref.

Je vous colle le lien de leur parodie, qui sans forcément cassé des briques, mérite deux minutes de visionnage.

Et sans rancune pour le copyright du mot magique (bref). Ma réputation de crétin qui sort 100000 fois ce merveilleux mot insipide mais délicatement adéquate pour ponctuer une phrase, ou combler un blanc "conversif" en a pris un coup, tel un tatouage réalisé à une époque où son sens était neutre et juste esthétique et qui aurait connu une deuxième vie plus "à la mode". 
Qui saura comprendra.

Bon lundi.



Jérémy LA SI DO.

Bonjour,

l'ami Jérémy R. vient de me livrer de la came. 

Ok il est très tôt, mais c'est le meilleur moment pour écouter une nouveau son alors que les fenêtres sont ouvertes, le café parfume la pièce et les clopes sont aux bord de la table IKEA.

J'écoute RROSE TACET et je suis enjoué. La journée débute et je vais prendre mon bain.

P:S oui au titre le plus pathétique du monde.